A COMME ARCHEOLOGIE – filmique

Peau d’âme, Pierre Oscar Lévy, 2016, 1H 40.

« La fouille archéologique d’un lieu de tournage d’une œuvre cinématographique »…Quelle drôle d’idée. Une idée d’archéologue, assurément. Une idée avec un petit air scientifique. Ou du moins qui doit plaire aux archéologues qui se réclament d’une vision scientifique de leur discipline. Une discipline qui peut, qui doit, s’appliquer à tout. Alors pourquoi pas au cinéma ?  Pour lui apporter quoi ?

Cette idée, si surprenante soit-elle au premier abord pour le premier venu des amateurs des salles obscures, ne doit pas cependant déplaire aux cinéphiles, loin de là. N’y a-t-il pas là un moyen original d’aborder une œuvre, un film, de révéler certains de ses aspects secrets, inaccessibles au simple spectateur, de rentrer dans l’intimité de la création artistique, de côtoyer la magie du cinéma dans ce qu’elle a de plus mystérieux – inconnu – pour ceux qui n’ont jamais mis les pieds dans un studio, la réalité du tournage. Avec ses acteurs, ses stars, et ses machinistes, ses professionnels de toutes sortes placés sous l’autorité rayonnante du réalisateur…Bref, l’envers du décor. Ou plus exactement la « cuisine » spécifique de l’art de tourner des images, des plans, des séquences. Même si l’on sait bien que ce travail de tournage ne peut à lui seul assurer ce que le film sera une fois terminé, grâce au montage bien sûr et aujourd’hui, de plus en plus, grâce au travail de post-production.

peau d'ame 2.jpg

Pierre Oscar Lévy va creuser cette idée d’archéologie filmique, son film, Peau d’âme, lui donnant une existence concrète à propos du film de Jacques Demy, Peau d’âne, qui date de 1970, et dont une partie des scènes ont été tournées dans la ferme du château de Neuville dans les Yvelines. C’est là que l’archéologue Olivier Weller va se rendre avec un de ses collègues, rencontré par hasard devant une machine à café et qui lui apprend en passant qu’il a assisté effectivement, en chair et en os, au tournage de ces scènes. Qu’en reste-t-il plus de 40 ans après ?

Le ton de cette première séquence lançant ce projet « scientifique » en dit long sur la teneur du film de Lévy. Celui-ci fait en effet intervenir dès cet incipit quelque peu parodique, une narratrice, qui parle en vers, et qui cultive ouvertement l’humour et la dérision. Tout au long du film elle prodiguera ses conseils aux archéologues (qui bien sûr ne les entendent pas, au double sens du terme entendre) faisant des commentaires parfois moqueurs sur leur travail, leur sérieux, leur naïveté, et surtout, le peu de résultats de leurs recherches. Une manière particulièrement astucieuse de prendre quelque distance par rapport à la scientificité du projet !

peau d'ame 3

Pourtant les deux archéologues, et le petit groupe de jeunes filles qui travaillent pour eux (presque des groupies), accomplissent leur tâche avec le plus grand sérieux et une rigueur méthodologique à toute épreuve. Lévy filme d’ailleurs ce travail au plus près, mettant l’accent sur la précision des gestes dans le maniement des truelles et la patience nécessaire pour récupérer dans la terre un petit fragment de miroir. Mais la question fondamentale, non formulée mais qui sous-tend toutes ces séquences, n’en devient que plus pressante : à quoi cela va-t-il servir dans l’abord du film de Demy, sa connaissance et son appréciation ?

Disons-le tout net, personne dans Peau d’âme ne prétend dégager la vérité dernière du film de Demy. Il ne s’agit même pas d’en donner une connaissance. Et surtout pas d’en réduire la magie et de restreindre d’une façon ou d’une autre le plaisir du spectacle qu’il peut procurer. Rien ne peut remplacer le visionnage du film, dans une salle noire, projeté sur un écran blanc. Alors, l’archéologie, un simple jeu, un peu futile, qui serait une sorte de passe-temps de grands enfants ? Il y a sans doute un peu de cela dans le film de Lévy. Mais cette dimension n’en épuise pas vraiment tout le sens.

peau d'ame 7

Car si Peau d’âme, concerne d’abord le film de Demy, il aborde aussi l’œuvre de Perrault et les contes populaires en général. Le film  prend alors une tournure documentaire plus traditionnelle, mobilisant la parole de spécialistes, couvrant un large champ de référence, de la psychanalyste à l’enseignante du collège de France travaillant sur les contes oraux traditionnels. Et côté cinéma, il n’est pas sans intérêt par rapport à l’œuvre de Demy, d’écouter sa propre fille, Rosalie, qui fut aussi sa collaboratrice en tant que costumière, parler de leurs rapports père-fille. Il existe d’ailleurs un film réalisé par Agnès Varda, la mère de Rosalie, sur le tournage de Peau d’âne, mais Lévy ne nous en présente qu’un très court extrait, comme si Varda s’en réservait la propriété…

Peau d’âme, un film réellement novateur, qui sait emprunter de multiples pistes – film sur un film sans être une véritable mise en abime ; documentaire sur Perrault et le conte traditionnel mais sans didactisme ; approche de la « science » archéologique mais avec une certaine distanciation ; hommage à Demy sans vénération excessive.

Cette profusion ne peut que désorienter quelque peu le spectateur. Pour son plus grand plaisir !

peau d'ame 5

Publicités

A COMME ARRIVANTS.

Les Arrivants, Claudine Bories et Patrice Chagnard, France, 2009,  113 mn

            Les arrivants, ce sont ces hommes et ces femmes ayant fui leurs pays (la Tchétchénie, la Chine, L’Érythrée, le Sri Lanka…) où leur liberté, leur sécurité, leur vie tout simplement, étaient menacées, en espérant pouvoir demander en France l’asile politique. Des réfugiés dans des situations personnelles, et matérielles, extrêmement difficiles et qui vont se trouver engagés dans un marathon administratif et juridique face auquel ils sont entièrement démunis. Arriver à déposer cette demande pour qu’elle ait un minimum de chance de ne pas être immédiatement rejetée est une entreprise difficile, présentant bien des écueils que la majorité de ces arrivants n’ont guère de chance de pouvoir surmonter sans aide. Cette aide, un organisme associatif financé par l’État, La CAFDA (Coordination pour l’accueil des familles demandeuses d’asile) est chargé de la leur fournir. C’est là qu’est réalisée la totalité du film, en suivant plus particulièrement le travail de deux de ces travailleuses sociales (Colette et Caroline) chargées d’accueillir les arrivants et d’essayer de résoudre leurs problèmes immédiats, nourriture et logement. Mais il s’agit aussi de préparer, grâce cette fois à une aide juridique, le dossier de demande d’asile proprement dit devant être déposé à l’OFPRA (Office français de protection des réfugiés et apatrides).

            Enregistrant les entretiens successifs menés par Colette et Caroline avec les demandeurs qu’elles sont chargées de suivre, le film insiste surtout sur les difficultés de leur mission. Étant donnée la diversité des pays d’origine des arrivants, la présence d’un interprète n’est pas toujours acquise. Les budgets dont elles disposent ne sont pas extensibles. Comment alors financer les repas et l’hôtel lorsqu’il n’y a plus d’argent ? Chaque cas est un cas particulier, dramatique en soi. Mais est-il possible dans le cadre d’une activité professionnelle de se laisser envahir par les sentiments ? L’apitoiement n’est pas ce que des femmes enceintes, par exemple, attendent, mais des solutions concrètes immédiates. Comment alors trouver le bon ton, manifester une certaine chaleur dans le contact sans pour autant laisser croire que ce que l’on sait impossible et hors des moyens disponibles sera quand même réalisé comme par miracle. C’est le grand mérite du film de ne pas chercher à embellir une situation qui par bien des aspects est inextricable. Ce qu’il met en évidence, c’est que notre pays a bien du mal à honorer sa réputation de pays des droits de l’homme. Les idéaux de la Révolution française ont-ils encore une signification face aux contradictions du système administratif mis en place. Et puis iIl nous montre aussi que le travail social a ses limites. Épuisant en soi, il met à rude épreuve la résistance même des employées qui, ici, n’ont rien de super héros. Le film contient à cet égard une séquence surprenante au premier abord où Caroline déraille véritablement et explose de façon agressive devant la femme qu’elle reçoit. Cette scène, particulièrement violente, met mal à l’aise. Mais elle pose le vrai problème : chaque spectateur, chaque citoyen, n’est-il pas directement concerné par la question du respect des droits de l’homme ? Ce qu’elle nous dit, c’est qu’il est bien facile de se décharger de son devoir d’engagement en évoquant les lacunes de l’État et les faiblesses de travailleuses dont il serait facile de critiquer l’incompétence. Facile, mais particulièrement injuste. En nous montrant cette faiblesse, le film prend un risque. Le risque de se voir accuser de jouer sur le spectaculaire en mettant en avant ce qui est hors norme. Mais aurait-il un intérêt s’il se contentait de dire que tout va pour le mieux dans le plus beau pays du monde ?

arrivants 10

 

 

A COMME ADOLESCENT – Portrait

17 ans, Didier Nion, 2003, 80 minutes.

C’est l’année d’avant la majorité, l’année d’avant le permis de conduire. Jean-Benoît est en apprentissage dans un garage, pour passer le BEP. La mécanique, c’est son truc : mettre les mains dans un moteur, il aime. Mais il faut aussi apprendre les maths, le français, l’anglais, l’histoire. Et là, c’est difficile. Il n’a pas envie de faire des efforts pour ce qui ne l’intéresse pas. Et pourtant, il veut l’avoir son BEP. Il veut s’en sortir, réussir quelque chose dans sa vie. Enfin.

 Le film suit pendant ces deux années d’apprentissage cet adolescent qui ressemble à tant d’autres, mais qui est aussi unique. On le suit dans l’atelier, au travail, dans ses loisirs aussi, sur la plage avec sa copine. Helena, visiblement il l’aime bien. Elle aussi, même si tout n’est pas toujours facile entre eux. La passion de Jean-Benoît, c’est son aquarium et ses poissons. En dehors des voitures, bien sûr.

Il évoque le passé de cet adolescent par petites touches. D’abord, les années au foyer dans lequel Jean-Benoît a été placé par la justice avant de rentrer en apprentissage. Des années difficiles, comme étaient difficile la vie familiale, la violence familiale, les disputes incessantes entre les parents, leurs séparations, leurs réconciliations, leur incapacité à éduquer correctement leur fils.

17 ans 2

 Son enfance, il en parle en regardant des photos de lui petit, une enfance qui aurait pu être heureuse, qui devait être malgré tout heureuse. Mais la vie est toujours faite de problèmes, auxquels il faut faire face, auxquels il n’est toujours possible de faire face.

Le passé, Jean-Benoît l’évoque aussi en revenant sur les lieux qui l’ont marqué, le foyer et la maison acheté par son père et où il a vécu sans doute les meilleurs moments de sa vie. Six ans qu’il ne l’avait pas revue, depuis la disparition du père, évoquée devant sa tombe. Son père, c’était la violence, l’alcoolisme, pour finir par le suicide. Jean-Benoît évoque tout cela rapidement. Comme sa relation avec sa mère. Une mère qui n’en a pas vraiment été une.

17 ans 7

Le film comporte de longs moments d’entretien avec Jean-Benoît, seul face à la caméra, ou parfois en présence d’Helena à ses côtés. Des entretiens menés par le cinéaste, qui pose les questions, qui pousse Jean-Benoît à aller plus loin dans sa confession.  Car ces entretiens où l’on sent toujours la présence du cinéaste derrière la caméra, où l’on sent toujours qu’il s’agit d’un dialogue même si Jean-Benoît ne regarde jamais la caméra, ces entretiens sont bien de véritables confessions. Jean-Benoît essaie de dire sincèrement non pas simplement ce qu’il ressent au moment où il est filmé, mais comment il vit sa vie et la place qu’y occupe l’apprentissage et le BEP. La perspective de l’examen qui se rapproche de plus en plus est l’horizon temporel qui structure le film, avec ses moments de doute, avec l’évocation par les formateurs des difficultés de comportement de Jean-Benoît, surtout dans les matières théoriques. Des formateurs qui n’ont pas l’air très optimistes quant à l’avenir de cet élève qui manque singulièrement de confiance en lui. Pourtant, tout au long du film, Jean-Benoît répète sa volonté de l’avoir ce BEP, de l’avoir coûte que coûte, même s’il ne montre pas toujours qu’il fait tout pour cela, jusqu’à oublier la date de la première épreuve.


17 ans 3Le projet du film et sa réalisation dans la durée contribuent-ils à la réussite de Jean-Benoît au BEP ? Le cinéaste n’est pas pour lui un filmeur anonyme, un reporter qui chercherait de la matière pour son enquête. Le cinéaste, c’est Didier, et le film n’occulte pas la relation forte, au moins de sympathie qui unit les deux êtres de chaque côté de la caméra. Didier pousse Jean-Benoît à aller de l’avant, à ne pas renoncer, à vaincre ses vieux démons. On a parfois l’impression qu’il joue le rôle du père absent, même si leur relation n’est pas toujours très facile, comme le montre cette séquence où le cinéaste reproche à Jean-Benoît de ne pas lui accorder assez de temps, assez d’attention, alors qu’il a parcouru 700 kms pour venir le rejoindre. Pour fuir les reproches de Didier ; Jean-Benoît part seul sur les rochers bordant la mer. Didier n’a plus qu’à faire parler Helena, jusqu’alors témoin muette de la scène, et qui ne peut qu’évoquer les difficultés de sa relation avec Jean-Benoît. Elle est parfaitement consciente de l’importance qu’elle a pour lui, ce qu’il reconnaîtra aussi plus tard dans le film. Elle aussi joue en somme le rôle de la mère défaillante. Mais elle a aussi fait découvrir l’amour à Jean-Benoît. Ce qui est tout aussi fondamental.

Le film se termine bien. Mais reste le sentiment que tout aurait pu mal tourner pour Jean-Benoît. Sans la présence, tout au long de ces deux années, du cinéaste ?

 

A COMME AMOUR A L’ADOLESCENCE

800 kilomètres de différence – Romance, Claire Simon, 2001, 59 minutes

Un film sur les amours d’adolescents n’est-il pas condamné à tomber dans un sentimentalisme facile ? Et le regard que peuvent porter les adultes sur un premier amour peut-il être autre chose qu’une effusion de nostalgie ? Avec 800 kilomètres de différence, Claire Simon relève le défi et tout en n’évitant pas les clichés – le premier amour, inoubliable, qui engage l’avenir dès 15 ans – réussit à traiter de l’adolescence sans mièvrerie. Mieux, s’il a y un côté banal dans cette amourette de jeunesse, c’est justement que la cinéaste ne cherche pas du tout à éviter les idées reçues. L’objet du film est plutôt de les travailler de l’intérieur, de montrer comment cet idéalisme de la pureté et de l’enthousiasme amoureux hante l’imaginaire des adultes, à travers celui d’une cinéaste et d’une mère.

800 km 3

Manon, lycéenne parisienne de 15 ans, passe ses vacances dans un petit village du Var avec sa mère, la cinéaste. Le film est donc d’emblée situé dans le cadre d’une histoire familiale. S’il raconte l’aventure amoureuse de Manon avec Greg, apprenti boulanger chez son père dans le village, c’est précisément à travers le regard de cette mère cinéaste qui prend un plaisir évident à filmer le visage de ce jeune garçon et surtout celui de sa propre fille, nymphette pleinement épanouie par le soleil des vacances et la rencontre amoureuse. La cinéaste dialogue avec eux, leur pose tour à tour des questions, en restant rigoureusement hors-champ. Leurs réponses s’adressent beaucoup plus à la caméra (donc au spectateur) qu’à la femme qui les questionne et les regarde vivre de façon évidemment intéressée. En tant que mère, comment perçoit-elle l’engagement amoureux de sa fille ? Ne s’agit-il pas au fond qu’une simple parenthèse destinée à devenir dès la fin des vacances un simple souvenir ? En tant que cinéaste, n’est-elle pas tentée de systématiser les différences qui existent entre les deux adolescents, renvoyant alors le film du côté des amours impossibles, vouées dès le premier baiser à la séparation ?

800 km

Outre la distance géographique indiquée dans le titre, bien des choses distinguent en effet les deux jeunes amoureux. Elle vit à Paris, une fille des villes ; il vit dans un petit village du Midi. Elle est lycéenne, attirée par la culture et la littérature ; il est apprenti boulanger et se passionne pour le foot et la chasse au sanglier. Elle a 15 ans, lui plus de 18 puisqu’il conduit une voiture. Elle vit avec sa mère qui est cinéaste (il n’est pratiquement pas question du père) ; il vit avec son père qui lui est boulanger, sa mère n’étant même pas évoquée. Cette dissymétrie familiale peut être due au hasard, elle implique néanmoins une différence fondamentale entre les parents et leur enfant respectif, le père de Greg n’ayant à l’évidence pas le même type de complicité qui existe entre la cinéaste et sa fille, complicité indispensable à la réalisation du film.

800 kilomètres de différence n’échappe pas à la représentation romantique de l’adolescence comme moment du rêve et peut-être de l’illusion, chez les jeunes filles du moins. Mais en incluant dans la trame narrative le rapport intime de la cinéaste avec sa propre fille, Claire Simon s’interroge sur la fonction représentative du cinéma.

Où est le réel dans son film ? Pour éviter la question on peut répondre en évoquant le filmage de la fabrication du pain dans le fournil du père de Greg. On pourrait aussi répondre qu’il est dans la sincérité toute naïve du sentiment amoureux de Manon. Le dernier plan du film, ce long travelling sur le quai de la gare, les maisons de la ville que quitte le train, avec en son off de discrets pleurs qu’on devine être ceux de la jeune fille qu’on n’entrevoit qu’une fraction de seconde dans un reflet de la vitre du compartiment, semble nous dire que cet amour de vacances n’est en fait qu’une mise en scène de cinéma.

 

A COMME AI WEIWEI

Ai Wei Wei : never sorry, Alison Klayman. Etats Unis, 2012,  90 minutes.

            Ai Wei Wei est sans doute l’artiste chinois contemporain le plus connu en occident, certainement le plus médiatisé. Ce qui est dû, en grande partie, à ses positions politiques, son engagement dans la contestation du régime autoritaire de Pékin qui essaiera par tous les moyens de le faire taire. Son travail artistique est indissociable de sa lutte pour la liberté d’expression, et pour la liberté tout court.

            Le film de Alison Klayman présente conjointement l’artiste, le dissident et l’homme dans sa vie personnelle et familiale. Un portrait qui se veut complet, intime, au plus près des réalités humaines mais en inscrivant toujours la dimension individuelle dans le contexte politique de la Chine actuelle.

ai weiwei2

            L’artiste est difficile à cerner tant son œuvre est protéiforme et diversifiée. On le connait tour à tour architecte, sculpteur, photographe, auteur de performances et d’installations, artiste numérique. Ses photos où il dresse en premier plan un doigt d’honneur devant les monuments célèbres du monde entier (la tour Eiffel ou l’assemblée nationale à Paris, la Maison blanche, la porte de la Paix céleste, place Tian’anmen, entre autres) l’ont rendu célèbre et sont caractéristiques de son esprit provocateur. Le film présente plusieurs de ses expositions ou installations célèbres : l’installation de 9000 sacs d’écoliers placés sur la façade de la Maison de l’Art de Munich en souvenir des enfants victimes du tremblement de terre de 2008 ; Sunflower Seeds, à la Tate Modern de Londres, présente  plusieurs millions de graines de tournesol en porcelaine peintes à la main et constituant un clin d’œil ironique de la métaphore de Mao Zedong selon laquelle le peuple chinois doit se tourner vers lui comme les tournesols vers le soleil. Il expose dans les grandes manifestations d’art contemporain, de la biennale de Venise à Documenta à Cassel et au Jeu de Paume de Paris.

ai weiwei4

                Ses positions politiques dénonçant la corruption et le manque de démocratie lui ont valu bien des ennuis. Ayant très tôt compris la puissance d’Internet, il intervient régulièrement sur Twitter et crée un blog vite célèbre mais qui sera désactivé par les autorités. Le film insiste sur les tracasseries administratives qu’il subit et qui se transforment en intimidations et condamnations arbitraires. En 2011, il est condamné à une forte amende pour fraude fiscale et détenu en prison pendant 81 jours. Depuis il est en liberté conditionnelle et ne peut quitter Pékin sans autorisation.

ai weiwei5

                L’homme que présente le film est un personnage attachant, essentiellement par le courage politique qui le caractérise. La cinéaste a pu le filmer dans l’intimité de sa vie privée, avec sa jeune femme et son enfant. S’il est devenu un symbole de la lutte pour les droits de l’homme en Chine, si beaucoup de jeunes artistes reconnaissent son influence sur l’évolution de l’art, il reste une personnalité plus complexe que l’image parfois caricaturale qu’ont pu donner de lui les médias et les réseaux sociaux. C’est le mérite du film de lui redonner une véritable dimension humaine.

Le film a obtenu le prix spécial du jury au festival Sundance 2012.

 

 

A COMME AGROECOLOGIE.

Souviens-toi de ton futur, Enora Boutin, 2017, 52 minutes.

Il existe des agriculteurs heureux, même en Dordogne. Comme il en existe dans bien d’autres régions de France. Tous ceux qui ont renoncé à utiliser les pesticides et toute forme de chimie. Et qui savent en dénoncer les dangers, pour la santé, des humains et des sols. Et qui montrent par l’exemple qu’ils ne s’en portent pas plus mal. Bien au contraire.

Le film d’Enora Boutin est le portrait de quatre de ces militants de l’agroécologie, un fabriquant de purin végétal, une viticultrice, une famille d’éleveurs de brebis et un couple créateur de jardin. Un échantillon représentatif de la diversité de ces pratiques innovantes, qui d’ailleurs ont la bonne idée de faire boule de neige.

Le film n’est pourtant pas un cours ou une démonstration en bonne et due forme. Il se limite au concret, mais un concret qui parle de lui-même. Les entretiens avec des quatre protagonistes rentrent bien parfois dans le détail et n’hésitent pas à aborder des données spécialisées. Mais l’ensemble s’adresse en priorité aux gens de la ville, ceux qui n’ont qu’une vague idée du travail de la terre et qui ne sont pas toujours très regardant sur la qualité de ce qu’ils mangent. Et s’il s’agit bien d’une forme de militantisme, c’est pour tirer la sonnette d’alarme. Il est grand temps de modifier les habitudes de consommation !

Une pièce à verser donc au débat concernant notre avenir. Un débat de plus en plus nécessaire.

 

 

 

A COMME ACTEUR

Ennemis intimes de Werner Herzog, Allemagne, 1999, 95 mn

Huit ans après la mort de Klaus Kinski, Werner Herzog réalise un film sur celui qui fut son acteur fétiche, présent dans cinq de ses films les plus importants, Aguirre, la colère de Dieu (1972), Nosferatu, fantôme de la nuit (1979), Woyzeck (1979), Fitzcarraldo (1982) et Cobra verde (1987), dont seront montrées les scènes les plus significatives. Un film hommage à un personnage et un acteur hors du commun. Mais en même temps une réflexion très personnelle sur les relations particulières qu’entretenaient pendant de longues années les deux hommes, l’un acteur de théâtre et l’autre réalisateur de films. Une réflexion enfin, sur le rôle et la place de l’acteur dans la création cinématographique. De Kinski, Herzog nous montre la part du génie dans son travail d’acteur, et la part de folie dans ce génie.

kinski 2

Seul face à la caméra, le plus souvent sur les lieux mêmes où il réalisa ses films avec Kinski, le Pérou ou la forêt amazonienne en particulier, Werner Herzog raconte. Un récit calme et posé, qui tranche avec la violence des faits évoqués qu’illustre parfaitement cette séquence filmée pendant le tournage de Fitzcarraldo où Kinski s’emporte contre le producteur, le traitant de tous les noms. Herzog rapporte un nombre impressionnant de colères de Kinski, toutes plus violentes les unes que les autres, au point même parfois de passer à l’acte. Le Kinski décrit par Herzog est irritable au plus haut point, ne supportant pas de ne pas être toujours l’unique centre d’intérêt sur le tournage, systématiquement agressif avec tous ceux qui l’entourent, mais aussi peureux et parfois lâche. La conclusion s’impose : pour Herzog, Kinski est fou. Mais, cette folie, ne l’a-t-il pas lui-même partagée ? N’était-elle pas nécessaire à la réalisation de ses films. Kinski = Fitzcarraldo ; Fitzcarraldo = Herzog.

kinski 4

La relation qu’entretenait Herzog avec Kinski était à l’évidence ambivalente, faite d’amour et de haine. Mein Liebster Feind (titre original du film qui pourrait se traduire littéralement par Mon meilleur ennemi), nous montre aussi parfois un Kinski détendu, souriant, tombant dans les bras de Herzog lors de retrouvailles à l’occasion d’un festival en Californie. Dans leurs affrontements, Herzog se donne toujours le beau rôle, réussissant à impressionner Kinski par la menace pour qu’il ne quitte pas le tournage, sachant parfaitement le manipuler pour obtenir ce qu’il souhaite de lui. Une relation par moment pratiquement fusionnelle, même si Herzog prend soin de toujours garder ses distances par rapport à la folie de Kinski.

Récit autobiographique, Ennemis intimes est aussi un document précieux sur le cinéma. Trop rares en effet sont les réalisateurs qui parlent de leur travail en dehors de toute visée promotionnelle. Ou bien, ils le font dans des livres. Avoir fait un film de sa relation particulière à son acteur montre la grande maturité artistique du cinéaste Herzog.